[tricot] Châle Caress my Soul – Melanie Berg

Chaque automne, notre groupe de copines se décide pour un modèle de KAL et si vous cherchez dans les catégories ou les mots-clés, vous devriez voir au moins quelques-unes des réalisations des années passées. L’idée est bien sûr que nous nous mettions d’accord sur un modèle, puis nous le tricotons chacune dans une laine et des coloris différents. Au début, on se mettait des dates limites puis la réalité a repris le dessus et on espère juste avoir fini avant le prochain 😀

Pour le KAL 2017-2018, comme l’année précédente, on a choisi un châle de Melanie Berg. Après le Solaris et ses jolies couleurs, voici le Caress My Soul et sa jolie dentelle. La laine sélectionnée pour ce projet est de la Drops Baby Merino en gris clair (on ne se refait pas).

Au début tout va bien, c’est du point mousse avec des augmentations simples et doubles, ça monte vite et on n’a pas besoin de trop réfléchir. Parfait pour regarder la télé ou papoter avec les copines. C’est après que ça se gâte : la partie dentelle est assez costaud, du fait qu’il y a des choses à faire à tous les rangs. Normalement, les points spéciaux sont à faire sur l’endroit et au retour, on se repose avec des mailles envers. Mais pas là ! D’ailleurs les Anglais ont une expression différente pour chaque : lace knitting ou knitted lace. Je vous avoue que je ne sais plus qui est qui (si vous y tenez, j’irai regarder). Bref, c’est un motif fatigant, qui ne se mémorise pas bien. Et on ajoute à cela un point particulier où il faut avec la pointe de l’aiguille droite aller chercher le fil situé derrière la maille glissée de deux rangs en-dessous. Forcément ça casse un peu le rythme !

C’est pour ça qu’au bout de 40 rangs, j’en avais bien assez et j’ai arrêté, d’autant que je trouvais qu’il avait déjà l’air assez grand comme ça. Et j’ai bien fait, parce qu’il est juste de la bonne taille. Pour l’occasion, j’ai ressorti mes tiges de blocage qui n’avaient pas servi depuis au moins 2012 (hum).

Pour résumer, je suis contente du résultat, c’est un châle que je porte déjà régulièrement, mais il n’est pas question que je le fasse à nouveau ! Je vous laisse avec cette séance photo un peu inhabituelle, d’abord parce que c’est Simon qui m’a prise en photo (une première) et qu’elle a eu lieu chez ma mère en Normandie où il fait toujours beau 😀

Bonne année 2018 !

C’est avec une vue de mon petit coin couture très en désordre que je vous souhaite une très belle année 2018, paisible et pleine de belles découvertes.

Je n’ai quasiment rien partagé de ce que j’ai cousu, tricoté et bricolé en 2017, à mon grand regret – ne serait-ce que parce que ça me sert de journal et de référence puisque je ne note pas grand chose sur le papier.

Mon année a été très remplie, entre autres avec l’ouverture de ma petite boutique. Elle m’a demandé beaucoup de travail et j’avoue que parfois je me demande si c’était une bonne idée 🙂 j’ai toutefois appris tellement de choses grâce à ce projet que rien que pour ça je ne regrette pas l’aventure !

A très bientôt !

Patronage/ modélisme soutien-gorge version 1

Après plusieurs essais de réalisation de soutien-gorges à partir de patron, plutôt des échecs, je me suis dit que je pouvais aussi bien tenter de le patroner moi-même. Le temps de réalisation du soutien-gorge lui-même n’est pas très long (2h maxi) alors autant se lancer dans le dessin mais c’est aussi parce que j’adore le patronage 🙂

Je me suis servie du livre de Beverly Johnson, The Bra Maker’s Manual. Je précise qu’il s’agit du volume 2, le volume 1 ne présentant le modélisme. Beverly Johnson est entre autres l’auteur de quatre cinq cours sur la plateforme Craftsy, dont rien que trois sur les soutien-gorges.

Je ne porte pas de soutien-gorge sans armatures donc je suis partie d’une paire d’armatures d’un modèle et d’une marque qui me convient bien. J’avais récupéré les armatures d’un SG en fin de vie de la marque Playtex.

Dans le livre de Beverly Johnson, cette armature correspond à une taille 34, avec des dépassements côté milieu devant et côté épaule.

Pour la version 1.0 j’ai suivi exactement les indications du livre. La forme des bonnets me surprend, je trouve qu’il y’a beaucoup de tissu vers l’extérieur de l’apex (le téton quoi).

Le patronage ne prend pas beaucoup de temps, une fois qu’on a les bonnes mesures.

Le test de cette première version est très satisfaisant ! J’ai utilisé quelques éléments de récup, les anneaux, les attaches et les élastiques. Et comme c’est très pénible à découdre, cette fois-ci j’ai penser à coudre dans une couleur différente du tissu. Pour le tissu j’ai utilisé du tissu rigide pour les bonnets et la bande du devant et du powernet léger pour la bande du dos.

Le modèle de base patroné ne prévoit pas l’emplacement des bretelles sur la bande de dos, c’est donc à modifier pour la prochaine version.

La version 1 me va bien : le pont devant est bien collé contre ma cage thoracique, le bonnet est globalement ajusté. Vous me direz : « forcément qu’il est à ta taille, vu qu’il est patroné à partir de tes mesures ». Certes, mais selon les méthodes de modélisme (et je ne parle pas que du modélisme de lingerie), je n’ai pas toujours eu un résultat satisfaisant.

Entre autres modifications à faire pour le prochain : décaler l’emplacement de la bretelle sur le demi-bonnet supérieur vers l’extérieur d’1-1,5 cm. L’apex est peut-être aussi trop orienté vers le centre, je devrai le décaler d’environ 1,5 cm en direction de l’extérieur.

J’ai trouvé la ligne d’encolure un peu trop droite et un peu trop couvrante, donc à modifier pour éviter l’effet matrone (et aussi limiter les problèmes de débordement dues au syndrome prémenstruel).

J’avais enfin l’impression qu’il y avait un peu trop de volume vers la partie centrale du bonnet inférieur mais ça depend peut-être du tissu. A voir dans la prochaine version.

Sinon quelques éléments n’étaient pas liés au modèle lui-même mais au matériel choisi : le powernet que j’ai en stock est bien trop fin et donc la bande ne soutient rien du tout ! De même, l’élastique choisi pour les bretelles était beaucoup trop fines pour soutenir quoi que ce soit.

Je suis donc très contente de cette première version, j’ai hâte de faire les modifications pour la version 2, et surtout d’essayer avec des tissus plus jolis.

[couture+broderie] Haut Artesane

Quand est sorti le cours « Broderie Mère-Fille » d’Artesane, j’ai (presque) tout de suite craqué. Pour deux raisons : j’adore la broderie et en particulier la broderie avec une seule couleur et celle-ci est magnifique. De plus l’association de couleur présentée sur le site (rouge et blanc) me touche particulièrement : j’adore ces deux couleurs ensemble, que ce soit le rouge ou le blanc qui domine.

eh non, ce n’est pas rouge

Mais non ce n’est pas la couleur que j’ai choisie : le cours propose de faire la broderie sur de la double gaze, tissu très à la mode en cet été 2017. Malgré la possibilité de s’en procurer plus facilement maintenant, tous les coloris ne sont pas nécessairement disponibles dans votre petit magasin. Pour l’occasion, je suis allée découvrir un magasin de tissu situé pas très loin de chez moi, à Lambersart : Tissus Art Couture. Je ne sais pas comment ce magasin a pu m’échapper pendant toutes ces années, c’est inadmissible ! Bref, on y trouve plein de jolis tissus, un choix très large, je vous le conseille !

 

J’ai hésité entre un moutarde et ce gris et finalement le gris l’a emporté. Sur le coup j’avais un peu peur que le fil blanc de la broderie ne soit pas assez visible sur ce gris mais ça va.

Si vous ne connaissez pas la plateforme Artesane, je vous conseille d’aller y faire un tour. Je pense que l’objectif de la créatrice (auteur du blog Annie Coton) était de faire quelque chose de semblable à Craftsy, mais concentré sur les arts du fil. Vous avez donc un choix de cours vidéo en ligne sur plein de sujets différents (couture, broderie, dessin de mode). Pour ce cours, j’ai payé 25€ et j’ai eu le motif à broder et le patron. Cela ne comprenait pas les matériaux.

J’ai beaucoup aimé le motif brodé et les conseils dispensés par Martine Biessy, en revanche le patron est loin d’être parfait. J’ai cherché partout mais au moment où je me suis inscrite pour ce cours (soit fin juin 2017), le tableau des tailles n’était pas fourni. C’était assez problématique dans le sens où je ne pouvais me permettre d’attendre et simplement faire la broderie puis m’occuper des tailles, puisque la quantité de motifs change selon la taille. J’ai cherché sur les divers pdf : rien ; partout sur le site : rien ; posté la question dans le forum du site : pas de réponse. Il a fallu plusieurs semaines avant que je n’obtienne ce tableau. Dommage. Il y a beaucoup de choses à corriger sur les pdf : coquilles, erreurs, oublis. Cela me donne l’impression que le patron en lui-même a été fait à la va-vite.

 

Au final j’ai coupé une taille 40 (c’est bon pour l’égo mais pas franchement réaliste) et malgré tout c’est trop grand à l’encolure. Elle fait un pli et je dois constamment remettre ce haut en place sur les épaules.

La broderie elle-même s’est bien passé, j’ai découvert que je détestais le point de bouclette et il y en a des tonnes dans ce modèle. J’ai aussi découvert le solufix : un non-tissé collant qui se dissout dans l’eau. C’est très pratique au final sauf que c’est très désagréable quand on brode : l’aiguille est constamment couverte de colle, comme le sont les doigts. Le fait que j’ai brodé ce haut cet été, en pleine chaleur n’a certainement pas aidé.

Ce n’est pas que je ne vous écoute pas, mais mon téléphone me sert de télécommande

oups, j’ai oublié un petit bout de motif

Bilan : est-ce que je referais la broderie ? Probablement pas. Le motif est tellement particulier que je ne me vois pas le refaire, ni pour moi ni pour quelqu’un d’autre. Mais cela pourrait être une base pour d’autres motifs, puisque j’ai un faible pour les hauts à empiècement brodé.

Est-ce que je referais le haut en couture ? Certainement pas. Ou alors je le patronnerai moi-même pour éviter des déconvenues en matière de taille et d’ajustement. Je testerai peut-être les versions enfant puisque ce modèle va du 2 ans à la taille adulte 46.

Je n’ai pas vu beaucoup de réalisations à partir de ce cours, mais vous pouvez aller voir celle de Joviana allongée en robe.

[couture] Coudre le Stretch, cache-coeur Lucette et haut Erell

Je ne voudrais pas qu’on m’accuse de ne travailler qu’avec des patrons anglo-saxons, alors pour aller avec la jupe Miette que je n’ai pas encore présentée, je voulais un beau t-shirt à manches courtes, un peu plus élaboré qu’un simple modèle de base. Mon dévolu s’est porté sur le cache-coeur Lucette, réalisé en blanc, du livre Coudre le Stretch de Marie Poisson.

Parmi les nombreuses options disponibles, j’ai choisi la version à manches courtes, sans bande de parement et sans basques. Pour la taille, j’ai pris un 44 pour le buste et la taille, élargi à un 46 pour les hanches. Mon tissu est un jersey blanc tout simple, avec un peu d’élasthanne dedans (moins que recommandé par l’auteur).

Le bémol que j’aurais avec le modèle que j’ai choisi, c’est qu’avec toutes les combinaisons, cela fait beaucoup de manipulations des planches de patron. Pour vous faire une idée, j’ai eu besoin pour ma version des pièces suivantes : R (planche D), S (planche C), V (planche D), manche C courte (planche A). J’ai ajouté une bande de parement d’encolure de 98 cm de long et 4,5 cm de large, ce que je déteste positivement couper. Je pense que si les merceries vendaient du biais en jersey, j’en achèterais tellement ça me fatigue de découper de longues bandes dans le jersey.

La pièce V, correspondant au bas du torse, est entière alors qu’il faut la positionner sur la pliure, c’est très troublant.

J’ai eu beaucoup de compliments avec ce cache-coeur, il remporte un vrai succès, ce qui ne laisse pas de m’étonner pour un simple haut en jersey blanc. Peut-être est-ce un signe que je dois coudre plus de blanc ? ou bien est-ce le côté cache-coeur qui a plu ? J’espère que c’est ça parce que je ne tiens pas à coudre exclusivement du blanc pour le reste de ma carrière couturistique.

Quelques mois plus tôt (presque 9, hum), à la sortie du livre, j’avais cousu le haut Erell. Ce patron avait été sélectionné pour sa simplicité, cela m’a permis de tester rapidement le patronage et les explications de Marie Poisson. Je n’ai pas été déçue ! Même si ce modèle ne correspond pas forcément à ce que j’aime porter au travail, il est très agréable et généralement c’est celui que je choisis le weekend. Mon seul (tout petit) reproche concernant ce modèle porte sur l’encolure qui est très large et qui dévoile absolument tout lorsque je me penche en avant.

Je n’avais pas pris de notes pour la couture de ce haut, mais j’avais dû coudre un 46, ce qui était certainement un peu trop grand, surtout pour la partie haute de mon buste.

Moralité : avec ce livre vous en avez pour votre argent avec toutes les combinaisons disponibles. C’est vraiment un livre très très complet, de l’histoire du tissu jusqu’aux finitions d’encolure. On y trouve des options que je n’avais pas vu avant, sauf sur des vêtements du commerce. Je vous le recommande donc chaudement !!

 

 

[auto-promotion] voici Maison Bouton !

Aïe aïe aïe déjà deux semaines dans la vue depuis mon dernier billet ! La seule excuse que j’ai c’est que la fin d’année scolaire est chargée, à la fois d’un point de vue professionnel et d’un point de vue personnel. Les semaines sont lourdes et passent à la vitesse de l’éclair et les weekends sont pris. On peut ajouter à cela la chaleur de cette dernière semaine qui ne m’a pas du tout poussée à m’activer. Je ne sais pas trop quand ça va se calmer, peut-être une fois que ma fille sera en vacances chez ma belle-mère, c’est-à-dire pas tout de suite ; d’autant que je prends mes congés plus tard..

Sinon, l’une des raisons pour lesquelles j’ai moins posté ici ces derniers temps est que j’ai travaillé sur un projet à côté qui m’a pris beaucoup de temps durant l’hiver dernier et le printemps. J’ai créé une boutique en ligne de tissu et de lingerie à coudre ; elle s’intitule Maison Bouton ! Vous y trouverez un patron de couture de culotte gratuit (Altaïr), qui sera suivi d’autres patrons sur lesquels je travaille en ce moment. Surtout, j’ai voulu proposer des kits pour coudre votre lingerie. Pour l’instant, ces kits ne concernent que les culottes et la formule sera amenée à changer mais les produits qui sont en boutique sont teinte et imprimés de manière artisanale, par mes soins. Ainsi, ils sont totalement uniques, ce qui me tient à cœur ; la qualité du tissu est également importante pour moi et vous verrez que le jersey proposé est confortable et moelleux, parfait pour une lingerie qui dure et qui soit digne de votre dur labeur.

N’hésitez donc pas à aller faire un tour, télécharger votre patron de culotte et commander votre premier kit. Sur le site, vous trouverez aussi des informations pour vous aider à le coudre ; ainsi vous êtes accompagnée à toutes les étapes.

à très bientôt à la fois ici et dans la Maison Bouton !

[tricot] fini : pull au point de riz

et me revoici ! je vous avais dit que j’allais faire un effort de régularité, donc c’est parti ! Je ne me suis fixée aucune règle en revanche pour l’ordre des billets, ce sera tricot, couture, broderie, crochet, etc dans l’ordre que je veux parce que je suis quand même un peu chez moi 😉

pull raglan point de riz

Cette couleur ::

Voici donc le fameux pull au point de riz qui m’a beaucoup occupée ces derniers mois. L’inspiration vient de ma copine/collègue Anne-Lise qui a quasiment le même, tricoté par sa maman. Et ça faisait des mois que je la voyais régulièrement me narguer avec son joli pull en point de riz. Donc bingo, à l’occasion du salon l’Aiguille en Fête de cette année (où nous sommes allées avec Catherine), j’ai profité du stand revendant de la laine Drops pour remplir mon petit panier. La couleur n’est pas tout à fait ce que je voulais parce que je voyais quelque chose d’un peu plus moutarde mais bon..

pull raglan point de riz

ceci n’est pas un téléphone (mais une télécommande)

Pour la laine c’était bon, mais pour le patron ? Un simple pull raglan ce n’est pas très compliqué à tricoter à partir du moment où vous connaissez la hauteur de l’emmanchure (environ 20-21 cm pour moi) et la circonférence voulue à l’encolure. Un petit échantillon et hop ! yapluka ! Pour m’aider dans l’encolure, je me suis servie des dimensions du pull Genevieve de Cecily Glowik McDonald que j’ai acheté mais jamais tricoté. Quelques petits calculs plus tard, j’avais mon « modèle ».

J’ai tricoté le corps en aiguilles 3,5 mm et les côtes en 3,25 mm, sauf pour la manche gauche parce que, comme souvent, j’ai oublié de changer mes aiguilles en cours de route. Il n’y a qu’à moi que ça arrive ça ?

pull raglan point de riz

Tu l’as vu mon point de riz ?

La seule modification par rapport à mon « modèle », c’est que je n’avais pas prévu de tricoter quoi que ce soit pour l’encolure mais après réflexion, je me suis dit que ce serait mieux avec quelques rangs de côtes 2/2 donc j’ai relevé des mailles sur mon premier rang et ajouté quelques côtes. Il ne me reste plus qu’à trouver un petit système pour distinguer le devant du dos vu que je n’ai pas fait de rangs raccourcis dans le dos. Une petite étiquette maison serait la bienvenue 😉

pull raglan point de riz

Le dos aurait mérité un ajustement

pull raglan point de riz

Résultat : j’adore ce pull ! Je sais que la laine tiendra la route (j’ai un pull de 2008 régulièrement porté qui n’a pas bougé), j’aime la couleur lumineuse, la longueur des manches est parfaite (j’aurais dû faire quelques diminutions au creux du dos pour casser un peu ce dos cambré) et sinon j’adore le point de riz – même si c’est terriblement long à tricoter.

Et vous, vous aimez ça aussi le point de riz ?

Récapitulatif

Modèle : perso, avec l’encolure du Genevieve de Cecily Glowik McDonald /// Laine : Drops Alpaca, coloris 2923 /// Aiguilles : 3,5 mm pour le corps et 3,25 mm pour les côtes

[tricot] une petite mise à jour

pfiou, la partie tricot de ce blog a vraiment besoin d’un sacré coup de dépoussiérage, j’ai lamentablement abandonné ce pauvre blog, tout comme mon Ravelry. Et tout ça je le paie, parce que mine de rien, j’y ai stocké beaucoup d’informations sur mes projets d’avant 2011 environ et si j’avais continué à le faire correctement, ça m’aurait bien facilité la vie. Donc objectif du moment : me remettre au blog et à Ravelry, bref à tout ce qui faisait les grandes années 😉

Je ne sais pas si ça va marcher mais je vais essayer de faire des articles plus courts, en incluant les en-cours (et pas seulement les réalisations terminées), les choses qui marchent et celles qui marchent un peu moins bien. Je me dis qu’en m’y mettant un peu tous les soirs une fois que la poulette est couchée, j’ai mes chances.

Donc pour rester brève, voici ce que j’ai à dire aujourd’hui pour le tricot : j’ai terminé avant-hier mon pull raglan en point de riz, en Alpaca de chez Drops (toujours aussi bien). J’en parlerai plus en détail bientôt, il mérite sa série de photos 😀

Je suis en train de reprendre le Miriam Cardi tricoté il y a un an (merci Ravelry) mais qui avec ses manches 3/4 n’avait jamais bien réussi à intégrer ma garde-robe. Donc j’ai coupé les bandes de point mousse et c’est reparti. Heureusement qu’il me reste plein de laine !

Après j’aimerais me refaire un Folded de Veera Välimaki – j’aime et je porte toujours autant la première version tricotée en Samarkand de chez Holst Garn en 2011. Je prévois d’utiliser la Holst Garn Coast (on ne se refait pas) en coloris bleu nuit. J’avais initialement acheté cette laine pour me faire un Moroccan Nights mais après deux essais, ça ne s’est pas fait alors je ré-emploie la laine.

Sinon dans mon panier de la honte, il reste ce Polwarth d’Ysolda qui est presque fini. Mais comme je n’ai plus de laine et que c’est de la laine teinte un peu n’importe comment, il faut que je trouve une solution. Et là j’ai pas le courage..

Donc le programme de tricot de ce soir, c’est la suite du Miriam Cardi, il a l’avantage de se tricoter les yeux fermés !

à très bientôt et n’hésitez pas à me disputer si je ne reviens pas très vite !

[couture] mes envies du moment

Avant de vous reparler de la jupe Miette commencée avec mes dernières emplettes de chez Toto et terminée, j’avais envie de partager mes envies du moment. Je ne suis pas sûre d’avoir déjà posté ce genre de billet mais voilà, comme l’indique le titre, j’en ai envie. Peut-être cela m’aider-t-il à hiérarchiser tous mes projets couture !

Arrivé ce matin dans ma boîte mail, une belle envie printanière : le dernier modèle de chez Sew Over It, la robe Eve. Autant je n’accroche pas à la version manches courtes et dos plus long que le devant, autant je suis fan de l’autre (manches longues et bas parallèle au sol). Vous me direz qu’on a déjà vu plein de fois ce genre de robe cache-coeur – et j’en ai peut-être déjà plusieurs exemplaires dans mon stock de patrons mais je ne sais pas, celui-là me plait bien ! à voir, d’autant que je ne suis pas certaine que ça m’aille très bien.

Sew Over It Eve Dress (c)

Dans la suite de ceux dont je ne suis pas certaine qu’ils m’aillent, le pantalon Chino de chez Alina Design Co. Très chic, ça me changerait des jeans 🙂 dans le même esprit j’ai déjà l’Ultimate Trousers de chez Sew Over It mais je ne l’ai pas encore cousu. Je pense que dans les deux cas, il ne faut pas se planter sur le tissu et c’est certainement ce qui me bloque un peu.

Chino – Alina Design Co (c)

Enfin, déjà un peu plus qu’une envie, la petite cape de chez Oliver + S, Woodland Stroll. Je sais, celle-là, clairement j’aurais pu la patroner moi-même, mais j’ai acheté le temps que je ne passerai pas dessus. J’assume totalement. Pour la faire, j’ai un lainage bleu-marine on ne peut plus classique mais pas franchement doux qui devrait aller avec tout ! En revanche, il en faut pas que j’oublie d’élargir pour les hanches car clairement Mme Gibson (la créatrice) n’a pas du tout la même morphologie que moi 🙂

(c) Oliver + S Woodland Stroll Cape

Et vous ? quels sont vos projets pour les mois à venir ?

[couture] emplettes et projets printemps 2017

J’ai profité de mes quelques jours de vacances pour aller faire un petit tour chez Toto à Lille. Je n’y étais pas allée depuis quelques mois et je dois dire que j’ai été agréablement surprise ! J’ai été un peu perdue au début parce qu’ils ont modifié le rez-de-chaussée mais j’ai rapidement retrouvé mes secteurs de tissus préférés. Les coupons étaient très intéressant, ce qui n’est pas toujours le cas et il y avait beaucoup de belles choses, notamment dans les mailles et dans les cotons à motifs. J’ai retrouvé certains tissus vendus par le Chien Vert et que j’avais achetés il y a 18 mois. Ils sont donc enfin présents chez Toto, avec un peu de retard..

J’y allais pour trouver un tissu pour la jupe Miette de Tilly & The Buttons achetée ce mois-ci. La jupe est assez gourmande en métrage et je n’avais rien en stock qui pouvait correspondre. Voici donc ce sur quoi je me suis arrêtée :

coupon coton épais – 3 m – 16,50€ au total

N’est-il pas magnifique ? Le motif n’est pas très grand et devrait donc bien se prêter à une jupe. Reste à réfléchir à un haut qui irait avec. Je pense à un t-shirt ajusté de couleur bêtement blanche.

Sinon j’ai aussi prévu de quoi faire un Morris Blazer de Grainline Studio avec ce coton légèrement extensible. Je ne connais pas ce type de tissu, ça me fait penser un peu à ce que l’on voit pour les chemises La**oste mais ce n’est pas exactement ça non plus.

coton de tissage inconnu – 2 m à 7,99€ le m

Dans la vraie vie, il est bleu marine mais les photos du téléphone ne rendent pas bien du tout !

J’ai aussi pris de quoi me refaire un Ginger Jeans de Closet Case Patterns ; j’ai pris un jean noir extensible, j’espère qu’il réagira bien et qu’il ne pochera pas.

jean noir – 2 m à 8,99€ le m

Enfin, j’ai pris un coton imprimé à motif cachemire pour me faire un haut Ottobre, identique à celui que je m’étais fait il y a deux ans. Si je retrouve mon patron tracé, ça devrait être assez rapide comme cousette.

coupon 1 m – 5,50 €